• La séduction pour les nulles – 2 : la suite du début…

    J'espère, bien chère élève, que tu as bien fait tes travaux pratiques et enclenché des tas de conversations impromptues avec de mignons passants... Si ce n'est pas le cas, je t'enjoins VRAIMENT à le faire car si tu n'es pas totalement à l'aise dans cet exercice simple, je te vois mal réussir dans les étapes suivantes. L'un de nos buts principaux est de bâtir cette confiance en soi absolument indispensable pour devenir une (ou un...) séductrice sans frontières. Or la confiance en soi, eh bien cela ne tombe pas du ciel, ça vient de la pratique, de l'expérimentation.

    Confiance en soi, donc, mais aussi estime de soi, c'est un cliché qu'on ne répètera jamais assez : ne compte pas obtenir l'estime des autres si tu ne t'estimes pas toi-même. Maintenant, attention à l'illusion de self-esteem (communément appelée « grosse tête ») : beaucoup de crétin(e)s se mettent sur un piédestal très élevé sous prétexte qu'ils réussissent tout ce qu'ils entreprennent (du moins dans leur perception). Ils disent « détester l'échec » et vivent shootés par un leitmotiv : « I am a winner ». Le problème de ce type de personne c'est que lorsqu'elles se plantent, la chute est extrêmement douloureuse, on en voit des exemples innombrables parmi des sportifs de très haut niveau.

    La réelle estime de soi est indissociable de la capacité à digérer l'échec en sachant en analyser les raisons objectives pour corriger par la suite. Ainsi les grands dragueurs/dragueuses « irrésistibles » sont comme tout le monde : ils/elles se sont pris des râteaux, en réalité en nombre beaucoup plus important que les gens ordinaires puisqu'ils/elles draguent abondamment. C'est là le grand secret (de polichinelle !)...

    Voici donc le premier des commandements en matière de séduction : « Des râteaux tu te prendras ! » Si tu n'es pas prête à l'accepter, ma lectrice chérie, j'ai la douleur de te dire que tu ne seras JAMAIS une séductrice. TOUTEFOIS... Il ne faut pas non plus en faire une habitude... C'est clair. Si tu ne réussis jamais, ton estime de toi-même sera peau de chagrin. L'harmonie est dans l'équilibre.

    Je vais maintenant te servir un autre lieu commun : Séductrice c'est avant tout un état d'esprit. Les gens s'étonnent beaucoup que nombreuses soient les femmes très attirantes physiquement, plutôt intelligentes, avec une bonne situation et pourtant dont la vie sentimentale est désertique. Il y a à cela deux raisons principales :

    - les hommes les perçoivent souvent comme inaccessibles donc ne tentent pas leur chance avec elles ;

    - elles n'ont pas l'état d'esprit de la séductrice parce qu'elles confondent « être séduisante » et « être une séductrice ».

    Or, « Etre séduisante » est un état passif, autrement dit, un état dont l'évolution dépend exclusivement d'événements externes au contrôle du la personne en question. Une femme séduisante a certes beaucoup d'atouts pour faire une bonne séductrice, mais à une condition : qu'elle oublie qu'elle est séduisante.

    D'ailleurs, il y a une règle générale : pour bien draguer il faut savoir prendre beaucoup de distance sur soi-même, pour s'orienter totalement vers l'autre (la cible). Cela nous mène tout droit vers les aspects plus pratiques de ce billet, assez de bla-bla théorique.

     

    Maintenant que tu sais (si tu as bien fait tes travaux pratiques !) comment on aborde quelqu'un que tu connais peu ou pas, nous allons maintenant apprendre à mener une conversation en mode « séduction ».

    On compare souvent la drague avec la vente à domicile, tu vois le fameux marchand d'aspirateur ? C'est une comparaison assez pertinente. Quand tu abordes quelqu'un pour le draguer, sache qu'il n'a pas besoin de toi a priori. Tu dois donc mener la conversation dans le but de créer ce besoin. Il y a trois règles à suivre :

    1. Sourire, cela met ton interlocuteur dans une zone de confort, et dans ce monde de renfrognés renfermés sur eux-mêmes, une inconnue qui vient vous aborder avec un beau sourire, c'est un cadeau de la providence. Pas un sourire commercial, hein, un vrai ! Bien détendu, qui vient du fond de ton cœur (oui, oui, oui !).
    2. Regarde-le dans les yeux, comme ça lui aussi ne pourra s'empêcher de te regarder et de constater combien tu es mignonne (si, si, si !).
    3. Ne le stresse pas. Si tu as un débit de parole speedé, apprends à le ralentir. S'il le faut entraîne toi en parlant toute seule et en t'enregistrant.

    L'idée de ces trois règles, c'est d'instaurer un climat apaisant qui contribuera grandement à abattre les défenses de ta cible. Il doit être dans un état de réceptivité maximale à tes messages.

    Maintenant que dire ? Ca c'est la question à un million de dollars. Franchement, je ne crois pas qu'il y ait de réponse miracle. Le principe c'est de susciter un dialogue, donc le faire parler. En général, la manière la plus simple de faire parler les gens c'est de leur poser des questions. En l'occurrence, pose des questions sur lui, cela te permet de le connaître mieux et montre que tu t'intéresses à lui. Tiens, le deuxième commandement de la bible des séducteurs : « Aux autres tu t'intéresseras. » Pas un intérêt feint, un réel intérêt. Cela aussi fait partie de la « séduction-attitude », de l'état d'esprit. Tes questions doivent être relativement neutres au départ, anodines.

    C'est ici que ton accroche initiale trouve toute son importance. Reprenons mon exemple de la leçon 1 : mettons que tu lui as demandé où est-ce qu'on peut trouver un aussi beau blouson que celui qu'il a sur le dos. Cela te permet d'embrayer sur un sujet où il sera plus ou moins à l'aise : la mode masculine. C'est relativement inoffensif (abstiens toi, toutefois, de parler de ce que tu détestes car il se pourrait que lui aime et ça la foutrait mal). C'est juste un exemple, hein. Le plan c'est d'avoir un sujet qui peut susciter une conversation de 5 minutes, sans risque de gros impair et de faire progressivement glisser vers quelque chose de personnel.

    Il y a quatre messages importants qui doivent passer chez ta cible, de manière explicite ou non :

    1. Je m'intéresse à toi (sous entendu : « tu me plais »).
    2. Il y a de bonnes raisons de s'intéresser à moi (sous-entendu : « T'as pas compris ? Tu ne vois pas que je te plais, patate ?! »).
    3. J'ai envie qu'on se revoie.
    4. Tu as envie qu'on se revoie.

    En tant que femme tu as une sacrée chance : si tu as affaire à un gars dégourdi, et que tu réussis raisonnablement à lui plaire, il va vite prendre les bonnes initiatives pour t'éviter la phase délicate, qui est de conclure en demandant un numéro de téléphone, ou bien à se revoir (ce qui revient à se passer les numéros de téléphone).

    Mais il y a des gars pas dégourdis... On en reparlera à la leçon suivante.


  • Commentaires

    1
    Mercredi 30 Mai 2007 à 13:34
    salut immonde
    ben oui...désolé... mais bon..j'ai été gentil avec toi.... Plagiat mais pas foutage de gueule ! ;)
    2
    Mercredi 30 Mai 2007 à 13:38
    !!!!
    je me marre avec ta musique en fond sonore
    3
    Lilly
    Mercredi 30 Mai 2007 à 14:24
    Ah,
    mais, i faut se revoir avant de... ? Oh, merde !
    4
    Mercredi 30 Mai 2007 à 15:06
    No souçaille MAcleon pour ton billet du jour,
    en revanche ma musique est bonne, bordel!!!!
    5
    Mercredi 30 Mai 2007 à 15:58
    musique
    non ! je la trouve pas mauvaise ! C'est juste quand je lis tes posts avec cette musique, je trouve ça marrant !
    6
    Mercredi 30 Mai 2007 à 16:04
    ahhh d'accordd !!
    "Ne le stresse pas. Si tu as un débit de parole speedé, apprends à le ralentir. S'il le faut entraîne toi en parlant toute seule et en t'enregistrant." je comprends mieux certaines choses... ^^
    7
    Immonde
    Mercredi 30 Mai 2007 à 17:18
    Inno
    raconte...
    8
    Mercredi 30 Mai 2007 à 18:03
    euh
    tout simplement, quand j'étais jeune (ouai je sais ^^) ca fermait les ouvertures possibles. Maintenant c'est un atout "Quoi tu as acheté un tailleur avec ma carte bleue ???" "Bah oui mon chéri, je te l'ai dit l'autre jour, tu m'avais même dit "oui si tu veux"" héhé
    9
    Mercredi 30 Mai 2007 à 19:02
    Et comment fait-on quand...
    on tombe sur un homme marié fidèle hein...?J'avais pourtant appliqué tes recettes ggggrrr. (sinon je cautionne ta musique, surtout Buarque...:))
    10
    Mercredi 30 Mai 2007 à 19:03
    ou
    futur marié...?
    11
    Jeudi 31 Mai 2007 à 12:57
    @Lilly
    "mais, i faut se revoir avant de... ?" non, non pas necessairement mais bon, c'est mieux...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :