• Ma bien-aimée apprentie dragueuse, il me faut bien t'avouer une chose que tu soupçonnes certainement déjà : draguer, quand on est une femme, est compliqué. Pas vraiment difficile mais compliqué en ce sens que beaucoup de gens ne voient pas spécialement d'un bon œil une femme qui drague (mais ce n'est pas ton problème, c'est le leur !) et, surtout, que se faire draguer, la majorité des mecs n'en ont pas l'habitude. Bien souvent tu seras la première a draguer le monsieur sur lequel tu as jeté ton dévolu.

    Cela peut créer quelques menus problèmes : d'abord qu'il ne comprenne pas que tu es en train de le draguer, ensuite, s'il comprend, que cela le déstabilise, et au pire que cela le choque carrément parce qu'il fait partie de la catégorie de gens que je mentionnais précédemment. De toute manière, il te faudra être extrêmement attentive à ses réactions, souviens-toi de ce que je disais dans la leçon précédente : tu es totalement orientée vers lui et non vers toi-même.

    1. S'assurer qu'il comprend ce qui est en train de se passer.

    Ne surestime jamais la subtilité d'un homme... Envoie-lui des messages clairs pour qu'il perçoive l'intérêt que tu lui portes et la nature exacte de cet intérêt :

    - mange-le des yeux, n'aie aucun scrupule à ce que ton regard laisse apparaître ton attirance ou même ton désir, néanmoins ménage-lui des pauses car ton regard hypnotique en permanence braqué sur ses yeux ça va l'éprouver drôlement ;

    - touche-le à chaque fois que c'est possible, par exemple à une réception ou une soirée, entraîne-le à l'écart en lui prenant le bras ou encore appuie-toi sur son épaule en arrangeant la lanière de ta chaussure (ce qui t'oblige à te tenir sur une jambe, tu vois ?), etc. Le tactile, il n'y a que ça de vrai pour qu'un mec commence à subodorer la drague en œuvre, mais aussi pour le conditionner, on en reparlera...

    - quelquefois, il est nécessaire de clairement mettre les points sur les « i ». Au bout de la deuxième rencontre, au plus tard, si ta cible ne semble pas percuter, dis lui clairement qu'il te plait, que tu le trouves adorable et tutti quanti et n'hésite pas, au besoin, de préciser qu'en conséquence, tu serais partante pour aller plus loin avec lui. On ne va pas y passer l'année aussi...

    1. Cible déstabilisée ?

    Il bafouille, se tripatouille les mains comme s'il ne savait pas quoi en faire, n'ose pas te regarder a visiblement envie de fuir. Ce n'est pas un mal en soi car il est alors vulnérable, mais cela ne paiera qu'à condition que tu l'aides activement à retrouver sa contenance en le rassurant.

     

    1. Cible récalcitrante !

    Bon, là, c'est le mauvais plan : ta cible visiblement n'apprécie pas du tout ton petit jeu et te le fait sentir ou te le dis carrément. Tu vois le râteau venir à la vitesse d'une MacLaren dans la dernière ligne droite...

    La règle d'or des dragueurs/dragueuse c'est de ne jamais apparaître ni se sentir coupable. Si quelqu'un te met un râteau c'est qu'il est un gros nul, tu es bien d'accord, n'est-ce pas ? Seul un con pourrait faire ça à une personne aussi charmante, un point c'est tout. Il y a toutefois des précautions à prendre...

    D'abord, le cas où ta cible récalcitrante et toi vous connaissez quelque peu ou connaissez des gens en commun, là tu dois vraiment arranger les bidons, car cet enfoiré va probablement le raconter à toute la ville, si tu ne fais pas gaffe. Utilise toute la mauvaise foi dont tu es capable pour faire l'innocente qui ne comprend pas pourquoi le gars s'énerve comme ça : « Mais, mais, mais, qu'est-ce que je t'ai fait de mal pour que tu me fasses cette tête/me dises des choses pareilles ? » Tu lui mets le nez dans son caca, tu vois ? Qu'il soit obligé de s'expliquer. Et s'il assume en disant un truc du genre « J'aime pas qu'on me drague. », si tu peux nier, tu nies. Sinon tu lui demandes ce qu'il y a de mal à cela.

    L'idée c'est de ne jamais laisser celui qui te met un râteau s'en tirer à bon compte. Faut qu'il soit travaillé par sa conscience. Qui sait, peut-être que c'est lui qui reviendra vers toi, et là qui c'est qu'aura gagné ?

     

    Avant de conclure cette troisième leçon, je vais t'offrir un truc génial, qui te servira pour la drague mais aussi pour n'importe quelle tâche qui t'attend et que tu renâcles à faire : La visualisation. Supposons, par exemple qu'au lendemain d'une fête tu as ton salon sens dessus-dessous et un monceau de vaisselle à laver, et clairement t'as pas envie, mais pas du tout. En fait, tu sais bien que tu n'y couperas pas mais tu repousses, tu repousses. Alors voila : dans ta tête, « visualise » toi en train de faire ces tâches. Chasse l'image du bordel innommable qui te décourage, mais vois-toi en train d'agir. Tu vas très vite avoir une envie irrésistible de réaliser ce que tu as visualisé intérieurement.

    C'est un truc tout bête, mais le tout c'est de savoir quoi visualiser : toi en train d'agir, et non pas l'objectif que tu vises ni les difficultés qui t'en éloignent.

    Applique cela au sujet qui nous préoccupe, et tu verras à quel point aller à la chasse au mâle deviendra vite un hobby pour toi. Mais n'en abuse pas !

     

    A bientôt, ma poule !


    9 commentaires
  • J'espère, bien chère élève, que tu as bien fait tes travaux pratiques et enclenché des tas de conversations impromptues avec de mignons passants... Si ce n'est pas le cas, je t'enjoins VRAIMENT à le faire car si tu n'es pas totalement à l'aise dans cet exercice simple, je te vois mal réussir dans les étapes suivantes. L'un de nos buts principaux est de bâtir cette confiance en soi absolument indispensable pour devenir une (ou un...) séductrice sans frontières. Or la confiance en soi, eh bien cela ne tombe pas du ciel, ça vient de la pratique, de l'expérimentation.

    Confiance en soi, donc, mais aussi estime de soi, c'est un cliché qu'on ne répètera jamais assez : ne compte pas obtenir l'estime des autres si tu ne t'estimes pas toi-même. Maintenant, attention à l'illusion de self-esteem (communément appelée « grosse tête ») : beaucoup de crétin(e)s se mettent sur un piédestal très élevé sous prétexte qu'ils réussissent tout ce qu'ils entreprennent (du moins dans leur perception). Ils disent « détester l'échec » et vivent shootés par un leitmotiv : « I am a winner ». Le problème de ce type de personne c'est que lorsqu'elles se plantent, la chute est extrêmement douloureuse, on en voit des exemples innombrables parmi des sportifs de très haut niveau.

    La réelle estime de soi est indissociable de la capacité à digérer l'échec en sachant en analyser les raisons objectives pour corriger par la suite. Ainsi les grands dragueurs/dragueuses « irrésistibles » sont comme tout le monde : ils/elles se sont pris des râteaux, en réalité en nombre beaucoup plus important que les gens ordinaires puisqu'ils/elles draguent abondamment. C'est là le grand secret (de polichinelle !)...

    Voici donc le premier des commandements en matière de séduction : « Des râteaux tu te prendras ! » Si tu n'es pas prête à l'accepter, ma lectrice chérie, j'ai la douleur de te dire que tu ne seras JAMAIS une séductrice. TOUTEFOIS... Il ne faut pas non plus en faire une habitude... C'est clair. Si tu ne réussis jamais, ton estime de toi-même sera peau de chagrin. L'harmonie est dans l'équilibre.

    Je vais maintenant te servir un autre lieu commun : Séductrice c'est avant tout un état d'esprit. Les gens s'étonnent beaucoup que nombreuses soient les femmes très attirantes physiquement, plutôt intelligentes, avec une bonne situation et pourtant dont la vie sentimentale est désertique. Il y a à cela deux raisons principales :

    - les hommes les perçoivent souvent comme inaccessibles donc ne tentent pas leur chance avec elles ;

    - elles n'ont pas l'état d'esprit de la séductrice parce qu'elles confondent « être séduisante » et « être une séductrice ».

    Or, « Etre séduisante » est un état passif, autrement dit, un état dont l'évolution dépend exclusivement d'événements externes au contrôle du la personne en question. Une femme séduisante a certes beaucoup d'atouts pour faire une bonne séductrice, mais à une condition : qu'elle oublie qu'elle est séduisante.

    D'ailleurs, il y a une règle générale : pour bien draguer il faut savoir prendre beaucoup de distance sur soi-même, pour s'orienter totalement vers l'autre (la cible). Cela nous mène tout droit vers les aspects plus pratiques de ce billet, assez de bla-bla théorique.

     

    Maintenant que tu sais (si tu as bien fait tes travaux pratiques !) comment on aborde quelqu'un que tu connais peu ou pas, nous allons maintenant apprendre à mener une conversation en mode « séduction ».

    On compare souvent la drague avec la vente à domicile, tu vois le fameux marchand d'aspirateur ? C'est une comparaison assez pertinente. Quand tu abordes quelqu'un pour le draguer, sache qu'il n'a pas besoin de toi a priori. Tu dois donc mener la conversation dans le but de créer ce besoin. Il y a trois règles à suivre :

    1. Sourire, cela met ton interlocuteur dans une zone de confort, et dans ce monde de renfrognés renfermés sur eux-mêmes, une inconnue qui vient vous aborder avec un beau sourire, c'est un cadeau de la providence. Pas un sourire commercial, hein, un vrai ! Bien détendu, qui vient du fond de ton cœur (oui, oui, oui !).
    2. Regarde-le dans les yeux, comme ça lui aussi ne pourra s'empêcher de te regarder et de constater combien tu es mignonne (si, si, si !).
    3. Ne le stresse pas. Si tu as un débit de parole speedé, apprends à le ralentir. S'il le faut entraîne toi en parlant toute seule et en t'enregistrant.

    L'idée de ces trois règles, c'est d'instaurer un climat apaisant qui contribuera grandement à abattre les défenses de ta cible. Il doit être dans un état de réceptivité maximale à tes messages.

    Maintenant que dire ? Ca c'est la question à un million de dollars. Franchement, je ne crois pas qu'il y ait de réponse miracle. Le principe c'est de susciter un dialogue, donc le faire parler. En général, la manière la plus simple de faire parler les gens c'est de leur poser des questions. En l'occurrence, pose des questions sur lui, cela te permet de le connaître mieux et montre que tu t'intéresses à lui. Tiens, le deuxième commandement de la bible des séducteurs : « Aux autres tu t'intéresseras. » Pas un intérêt feint, un réel intérêt. Cela aussi fait partie de la « séduction-attitude », de l'état d'esprit. Tes questions doivent être relativement neutres au départ, anodines.

    C'est ici que ton accroche initiale trouve toute son importance. Reprenons mon exemple de la leçon 1 : mettons que tu lui as demandé où est-ce qu'on peut trouver un aussi beau blouson que celui qu'il a sur le dos. Cela te permet d'embrayer sur un sujet où il sera plus ou moins à l'aise : la mode masculine. C'est relativement inoffensif (abstiens toi, toutefois, de parler de ce que tu détestes car il se pourrait que lui aime et ça la foutrait mal). C'est juste un exemple, hein. Le plan c'est d'avoir un sujet qui peut susciter une conversation de 5 minutes, sans risque de gros impair et de faire progressivement glisser vers quelque chose de personnel.

    Il y a quatre messages importants qui doivent passer chez ta cible, de manière explicite ou non :

    1. Je m'intéresse à toi (sous entendu : « tu me plais »).
    2. Il y a de bonnes raisons de s'intéresser à moi (sous-entendu : « T'as pas compris ? Tu ne vois pas que je te plais, patate ?! »).
    3. J'ai envie qu'on se revoie.
    4. Tu as envie qu'on se revoie.

    En tant que femme tu as une sacrée chance : si tu as affaire à un gars dégourdi, et que tu réussis raisonnablement à lui plaire, il va vite prendre les bonnes initiatives pour t'éviter la phase délicate, qui est de conclure en demandant un numéro de téléphone, ou bien à se revoir (ce qui revient à se passer les numéros de téléphone).

    Mais il y a des gars pas dégourdis... On en reparlera à la leçon suivante.


    11 commentaires
  • Comme ma témérité est sans limites, je vais aujourd'hui commencer à traiter un sujet particulièrement casse-gueule : Comment draguer les garçons sans passer pour une pouf ?

    Je dis que c'est casse-gueule parce que c'est un sujet moult fois traité par 1.000.001 spécialistes du genre dans les magazines féminins et sur, heu, machin-là, Internet. Le souci c'est que je trouve souvent ces guides plus ou moins pratiques de la « séduction au féminin » terriblement banaux et, en fait, pas vraiment pratiques, précisément. Du coup, j'observe que les nanas qui s'y essaient (ce qui est déjà une toute petite minorité) sont à 90% lamentables en drague. Comme j'ai un grand cœur, je vais m'efforcer de vous apporter un petit peu plus d'information sur ce sujet brûlant.

    Alors, Mademoiselle (ou Madame, hum, hum !) le premier truc que tu liras partout où on parle de drague, à l'usage des deux sexes, c'est que pour draguer efficacement, il faut avoir de l'aplomb et de la confiance en soi. Bon. Quand on t'a dit ça, t'es bien avancée, c'est d'une évidence transcendantale, « avoir de la confiance en soi ». Certes, mais encore ?

    En fait, le point-clé de la drague réside dans l'amorce du contact, pas besoin d'avoir fait l'ENA pour comprendre cela. Or nous tous, autant que nous sommes, craignons une chose par-dessus tout : celle d'être ridicule. J'en connais beaucoup qui, même pour 100.000,00 € refuseraient de chanter du Chantal Goya en barboteuse vert fluo sous un chapiteau au Champ de Mars devant les caméras de TF1. C'est pour cette raison, la crainte du ridicule, que l'homo sapiens, en majorité, n'ose pas nouer une conversation avec des inconnus.

    Là-dessus, tu as des hurluberlus qui suggèrent d'utiliser des « phrases d'accroche » censées fonctionner universellement : montrer que tu as de l'originalité et de l'humour. Le souci, c'est que ces phrases d'accroches miraculeuses, sont tout sauf originales et ne font rire que leur prescripteur (à la pensée du flop que connaîtra le/la malencontreux/se qui s'aventurera à l'utiliser...). La phrase d'accroche stéréotypée est le meilleur moyen de te rendre ridicule, surtout si le gars la connaît déjà.

    Néanmoins, il faudra bien que tu lui dises quelque chose au monsieur, si tu veux ouvrir une conversation... Alors, bien-aimée lectrice, je t'offre ici un truc qui vaut ce qu'il vaut (c'est-à-dire de l'or) : demande-lui un service, au bel inconnu !

    « Hein ? » Je t'entends protester, « Je le connais ni d'Eve ni d'Adam et je lui demande un service ? Mais il est givré ce vieil Immonde ! Ca ne se fait pas ! » Ben si, justement, ça se fait, c'est même la meilleure tactique possible pour monopoliser l'attention de ta cible pour un bon moment, ce qui est PRI-MOR-DIAL. Bon, bien sûr, tu ne vas pas lui demander de porter ton sac à provisions de 43 kg. D'ailleurs, évite de draguer quand tu as ton sac à provisions : d'une part le contenu risque d'en révéler un peu trop sur toi, et d'autre part, cela pourrait par la suite t'occasionner des difficultés pratiques au plan logistique. Non, en fait demande-lui un service simple, qu'il pourra te rendre sans effort aucun. Tu le valorises et son ego boursouflé de male s'en trouvera fort aise.

    Exemple : « Bonjour ! Votre (blouson/chemise/cravate/collier de perles/rouge à lèvres) est superbe, j'aimerais offrir le même à (mon frère/mon papa/mon fils/mon mari [hum ! hum !]), où que je peux trouver un effet vestimentaire aussi incroyablement adorable ? »

    Tu vois, ça, c'est de l'accroche extrêmement judicieuse :

    1. Tu le flattes sur ses goûts vestimentaires, et l'homme, qui est une femme comme les autres, aime bien qu'on le flatte ;
    2. Tu le mets en situation de te rendre un service, ce qui va le valoriser ;
    3. Et SURTOUT, tu le mets dans une position où il ne peut pas éviter la conversation et peut-être plus.

    Elle est pas belle la vie ? Bon on arrête là pour aujourd'hui. Pour tes travaux pratiques, je t'enjoins à adapter cette technique selon tes goûts et à commencer à l'utiliser pour provoquer des conversations avec de beaux messieurs partout où c'est possible : dans la rue, dans les transports en commun, dans les magasins, à la cantine, à l'université, enfin où tu veux, et tu m'en diras des nouvelles...


    20 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique