• Sublimes salopes (episode 1)

    On dit souvent que les hommes aiment les salopes... Je ne m'aventurerais pas à parler pour tous les hommes mais je peux dire que moi, personnellement je suis en conformité avec cette « règle ».

    Si j'aime les salopes ce n'est pas seulement pour ce que je fais ou pourrais faire avec elles, mais parce qu'elles me fascinent, humainement parlant, car être une vraie salope est loin d'être facile : la salope est honnie de tous... et surtout de toutes (y compris des autres salopes), cela tient aux rôles sociaux (au sens de « jeu de rôles ») présupposés entre hommes et femmes, vieille conception sexiste à la peau dure...

    Je vais vous exposer une théorie : les femmes, si « solidaires » quand ça les arrange, ont du mal à accepter que l'une des leurs aie l'audace d'aller au bout d'elle-même (d'une manière générale) : aller au bout de soi, de ses pulsions, de ses aptitudes, de ses folies signifie se découvrir soi-même sans fard, or les femmes, bien plus raisonnées que les hommes, savent qu'au bout du voyage on risque fort de ne pas aimer ce qu'on découvre sur soi-même. Dans ce domaine, ce qui fait l'avantage des mecs c'est leur inconscience et leur manque de discernement, des faiblesses qui deviennent un atout potentiel.

    Les femmes, fortes de leur intuition, ou plutôt de leur capacité à se fier à leurs intuitions, ont une prédilection pour l'incertitude (dans la certitude, l'intuition devient inutile) ; c'est pourquoi la salope, qui fait abstraction de l'incertitude, constitue donc une déconstruction des clichés sur la féminité, la traîtresse.

    La femme non salope, si elle éprouve un commencement de désir pour un homme, va tout d'abord se poser des questions qui vont lui permettre d'user de son intuition, par exemple : « Est-ce que je saurai éveiller en lui des sentiments forts ? », « Est-ce qu'il pourra être l'homme de ma vie ? », « Est-ce qu'on aura des atomes crochus sur le plan intellectuel ? » ou encore « Est-ce que c'est un bon coup ? » etc. Tandis que la salope passe outre ces incertitudes pour uniquement se concentrer sur une idée : « Je veux qu'il me baise ! »

    La salope est évidemment une aubaine pour les mecs qui sont, tout le monde le sait, gouvernés par leur queue, c'est en ce sens qu'on dit que « les hommes aiment les salopes » mais en réalité, je crois que la plupart d'entre eux ne les aiment pas tant que cela. Les relations avec une salope débouchent souvent, chez un mec ordinaire, sur des émotions négatives : jalousie, insécurité, castration symbolique (une salope aura TOUJOURS le dessus sur un mec ordinaire), mépris et bien d'autres encore.

    Pour cette raison, la salope est souvent contrainte à se protéger en cachant son jeu, ce qui mène parfois à des situations amusantes... D'autant plus que les hommes, peu psychologues, ne sont pas spécialement forts pour détecter la salope.

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    Voici une quinzaine d'années, C., un bon copain, plutôt sympa, brillant dans son travail, tout à fait charmant, avait eu un coup de foudre phénoménal pour une jeune femme du même acabit : mignonne, bien diplômée, jeune cadre dynamique, BCBG, ambitieuse et visiblement très intelligente. Tout à son idylle, le gars s'était nettement écarté du cercle de jeunes cons que nous formions avec quelques autres, c'est un truc assez classique et somme toute normal, d'autant plus qu'on était vraiment des lourds et que la jeune femme, appelons-la A., visiblement n'appréciait pas particulièrement notre société, ce qui prouvait sa valeur. Au bout de deux mois les tourtereaux convolèrent en justes noces. A l'occasion de l'inévitable soirée d'enterrement de vie de garçon, C. me raconta, sous le sceau de la confidence, que A. était « une vraie salope au pieu », ce qui me surprit, je dois l'avouer, car cela contrastait nettement avec son image un peu austère.

    Apres la lune de miel, C. me sollicita pour aider le jeune couple dans leur emménagement, car je disposais d'un véhicule utilitaire plus adapté à cet effet que la Golf GTI de C. En passant, je constatai qu'ils étaient tous les deux parfaitement assortis, sur le plan des caractères et surtout qu'elle avait un ascendant certain sur C. : plus décisive, débrouillarde et pragmatique. De fait, elle dominait son homme avec un magistral savoir-faire : sans en avoir l'air, donc sans que mon pote ne s'en aperçoive... Les jeunes mariés avaient élu domicile dans un quartier très voisin du mien, à moins de cinq minutes en voiture.

    Rapidement, je pris conscience que le jeune couple envahissait ma vie, gentiment mais sûrement : deux à trois soirées par semaine je recevais un coup de fil de C. pour venir prendre un verre chez eux, voire dîner. La raison en était que, très occupée par son travail, A. ramenait régulièrement du boulot à la maison, je servais donc de distraction consentante au mari quelque peu délaissé. A. m'appelait parfois avec une perfide ironie, la maîtresse de son mari, ce qui faisait C. s'esclaffer bêtement et moi rire plutôt jaune...

    Je crus trouver ma salvation quand C. se vit proposer une formation pointue à l'étranger d'une durée de deux mois. Enfin un peu de tranquillité ! Et avec un peu de chance, deux mois de séparation allait apprendre à ces deux là à vivre enfin en tête-à-tête...

    J'avais parlé trop tôt : trois jours après le départ de C., ce fut sa sémillante épouse qui m'appela pour me demander avec son autorité habituelle de venir l'aider pour un sombre problème de câblage téléphonique. J'allai donc, bonne poire, avec mes tournevis. J'eus à le regretter car il m'avait fallu presque deux heures avant de venir à bout du casse-tête chinois, les précédents occupants du lieu s'étant fait un malin plaisir à compliquer à souhait ce qui devrait être d'une simplicité lumineuse. Que n'avais-je recommandé à A. de louer les services de professionnels plutôt que de sacrifier ma soirée à cette cause presque perdue ?! D'un autre coté j'avais (et j'ai toujours !) ce caractère obstiné qui fait que je ne renonce jamais devant les difficultés inattendues sur un projet qui me semblait au départ à ma portée. Bon, bref, je suis venu à bout de la mission impossible non sans suer, tant d'énervement que de fatigue.

    Magnanime, A. m'offrit de dîner sur place, ce qui était de bon ton, et que j'accueillis avec mille grâces car l'idée de avoir encore à me préparer à bouffer, de retour chez moi sonnait comme un supplice. En fait, plutôt que de préparer un « vrai » dîner, elle choisit de déployer quelques victuailles bien sympathiques et du pinard sur la table basse du salon ; nous nous sommes installés sur le canapé, face à la télé. Toujours égale à elle-même, A. avait un art consommé de la conversation, très vite, je me retrouvai bombardé de questions sur mon job « vachement intéressant » (dixit A.) dans une société d'investissement.

    A cette époque-là, je n'étais pas encore vraiment « Immonde », assez naïf et enthousiaste en fait, jeune con content de devenir adulte, convaincu d'avoir son brillant avenir en main, malgré un divorce relativement traumatisant. Je découvrais A. sous un jour assez nouveau : volubile et rieuse, par contraste avec la jeune « executive woman » en devenir, ironique, autoritaire et limite cassante à laquelle je m'étais habitué ; et ce contraste me perturbait. En même temps, c'était une découverte agréable, il y a des gens comme cela qui vous donnent l'envie irrésistible d'être de leurs amis. Tout cela pour dire qu'en ce vendredi soir, je me sentais bien à bavarder avec une fille (chose à laquelle je suis plutôt allergique en règle générale), au point de ne pas voir passer le temps, or il était tard, dans les 23:30. M'apercevant de l'heure qu'il était, je voulus prendre congé, mais A. ne l'entendait pas de cette oreille : « Ah ! Non ! Là j'ai bu trop de café, je ne vais pas m'endormir de sitôt, on sort en boite ? »

    Pour tout dire, mon projet immédiat était précisément d'aller en boite pour débusquer quelque dévergondée et lui montrer mes estampes japonaises. La perspective de traîner A. comme un boulet dans cette entreprise n'était guère engageante. D'un autre coté, je n'avais pas d'argument décent pour refuser car elle savait, la bougresse, que tous mes vendredis soirs se passaient dans les discothèques « in » de la ville. J'étais piégé. A. alla troquer jeans et large sweat-shirt contre une robe courte dans les blanc-cassé, me donnant l'occasion de me rendre compte qu'elle était roulée à la perfection.

    Nous atterrîmes donc au Butterfly, centre névralgique de la vie nocturne, lieu de brassage socio-culturel bruyant et enfumé (et pas seulement de tabac). A. m'entraîna d'autorité sur la piste dans la moite cohue des corps endiablés, dans laquelle A. n'était pas la moins déchaînée... En l'occurrence, elle était même totalement débridée, ondulante, déhanchée à donf' et surtout, elle commençait dangereusement à venir à mon contact, son cul venant « innocemment » frotter contre mon bas ventre. Croyez-le ou pas, mais il ne m'était toujours pas venu à l'esprit que A. était en train de m'allumer...

     

    (A suivre...)


  • Commentaires

    1
    Lundi 9 Avril 2007 à 13:49
    oh noon
    dis moi la suite stp !
    2
    dentifricegirl
    Lundi 9 Avril 2007 à 17:19
    Evidemment
    En relisant ce post, je ne peux m'empêcher de m'identifier et de sentir une sorte d'empathie émanant de toi. Qu'il est donc difficile d'être une salope de nos jours et de s'assumer... Moi, la 1ere, je me sens souvent très seule mais, c'est sans compter les sourires narquois de mes voisines hideuses de haine à mon égard. Pourtant, elles ne savent rien de ma vie sexuelle, mais doivent le sentir... Quand leur mari ou copain me dit "bonjour", je suis certaine que dans la voiture ensuite, je suis LE sujet de conversation :"t'as vu comme elle a l'air fatigué, elle doit pas beaucoup dormir la nuit. Elle s'est coupée les cheveux, c'est une horreur. Moi t'as vu comme ils ont poussé ???? En tout cas, elle a toujours un aussi gros cul celle là". Jouer la provocation est donc une évidence. Ne rien nier. Tout accepter avec ironie. On m'aurait brûlé une bonne centaine de fois à l'époque de l'Inquisition. Mais ma vie a quelques règles : pas plus d'un mec à la fois, pas de planification, pas de mec amoureux de moi (ou pouvant le devenir), toujours avec capote (confiance zéro sauf quand tu te fais avoir comme une connasse) et pas de gars pris (solidarité illusoire car ils la tromperont ailleurs avec la première venue plus "open" que moi. Mais, je ne veux avoir sur la conscience la rupture d'un couple) Et je confirme ce que tu as écrit Immonde. Les hommes n'aiment pas les Salopes. Ils les préfèrent en fantasme ou dans les films. Ca les dépasse qu'on puisse être une salope et tenir une conversation, avoir de l'humour, les casser... C'est trop pour eux. Alors tu dois jouer la mystérieuse, la maman, la confidente... Fatiguant ! Moi je ne joue plus à rien. Je danse et qui m'aime me mate. Après si j'ai envie, j'agis...
    3
    Lundi 9 Avril 2007 à 18:13
    tu donnes vraiment envie
    de lire la suite.
    4
    CorinneDuSud
    Lundi 9 Avril 2007 à 20:44
    le texte
    est super, vivement la suite ... vite!
    5
    Vendredi 13 Avril 2007 à 14:17
    mais
    t'es passé où encore ???? T'es chiant à disparaitre comme ça !
    6
    Samedi 14 Avril 2007 à 12:33
    reapparais!!
    LA SUITE, allez!!
    7
    Samedi 14 Avril 2007 à 16:28
    Ouais
    Pareil.
    8
    Samedi 14 Avril 2007 à 17:08
    ET
    SI TU CONTINUES A FAIRE LA SOURDE OREILLE, j'te parle pluuuuuuuuuuuuuuuus !!!!!!
    9
    Eux tous
    Lundi 16 Avril 2007 à 12:49
    C'est vrai, quoi..
    Gorille, reviens!!
    10
    dentifricegirl
    Mardi 17 Avril 2007 à 12:17
    bon
    ben t'es mort là non ?
    11
    Mardi 17 Avril 2007 à 14:42
    Oh...
    ...que tu étais naïf... :)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :